Connexion  \/ 


  • SEMAINE DE PREVENTION DES TCA

    Une série de vidéos pour mieux comprendre les troubles alimentaires

  • N'AYEZ PAS PEUR, À LA CLINIQUE ST-AMOUR

    Faire le «premier pas»... c'est un jeu d'enfant !

Twitter icon

Nos Tweets @cliniquestamour

Loading..

Blog - Clinique St-Amour

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

10 conseils destinés aux pères, frères, fils et conjoints : Que pouvez-vous faire à l’heure des repas... (Article 1 de 3)

Posté par le dans LES HOMMES ET LES TROUBLES ALIMENTAIRES
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 5969
  • 0 commentaires
  • Notifications
Par Marie-Michelle RoyerM.Sc.
Nutritionniste - Clinique St-Amour


Déjà l’heure des repas? Pas de problème!


10 conseils destinés aux pères, frères, fils et conjoints: Que pouvez-vous faire à l’heure des repas pour aider une personne qui vit un trouble alimentaire ?

famille-tcaSi votre fille, sœur, mère ou conjointe vit un trouble alimentaire, vous êtes probablement dans une situation où vous vous demandez quoi faire, quoi dire et comment agir pour l’aider du mieux possible dans les différentes situations du quotidien qui impliquent l’alimentation. Sachez que vous pouvez avoir un rôle important à jouer dans tous les différents changements qu’elle effectue vis-à-vis ses habitudes et comportements alimentaires. L’heure des repas est un moment très important dans un processus de guérison. Ce moment peut s’avérer être stressant pour la personne qui vit un trouble alimentaire; peut-être pour vous également.

Pourquoi l’heure des repas peut-elle être si difficile?
Que pouvez-vous faire à l’heure des repas pour aider une personne qui vit un trouble alimentaire?

Voici quelques recommandations et stratégies concrètes pour vous guider et vous permettre de mieux aider et supporter à l’heure des repas une personne qui vit un trouble alimentaire.

Maintenir vos mêmes habitudes alimentaires

Tout d’abord, il est essentiel de planifier, choisir et préparer les repas en conservant vos mêmes habitudes qu’auparavant (choix des aliments achetés et préparés, modes de cuisson, choix des recettes, fréquence d’achat des aliments, quantités achetées et préparées, temps alloué à la préparation et à la prise des repas). Même si vous pensez bien agir, vous ne rendez pas service à la personne si vous changez vos propres habitudes. En effet, la personne qui a un trouble alimentaire peut avoir tendance à vouloir exercer un fort contrôle sur les habitudes de l’entourage en particulier sur celles qui touchent l’achat et la préparation des aliments; en modifiant vos habitudes personnelles, vous risquez plutôt de vous adapter aux habitudes particulières du trouble alimentaire. Le maintien de vos habitudes alimentaires permettra à la personne de diminuer le contrôle et la rigidité qu’elle exerce à l’égard de la nourriture et de réduire les règles alimentaires imposées.

Procurez le meilleur environnement possible


Le plus souvent possible, prenez le temps de partager les repas ensemble, assis à table, et non sur le coin d’un comptoir ou devant la télévision. Cela aidera la personne à adopter des comportements alimentaires sains, en plus de lui procurer un sentiment d’encadrement et de soutien.

Quelle quantité de nourriture la personne devrait-elle manger?

En tant que père, frère, fils ou conjoint, votre rôle consiste à bien encadrer la personne lors des repas. C’est ensuite à elle de décider en quelles quantités elle consommera les aliments. Chaque personne a besoin d’une alimentation équilibrée composée d’aliments provenant des quatre groupes alimentaires, c’est-à-dire les légumes et les fruits, les produits céréaliers, le lait et les substituts et la viande et les substituts. Pour vous guider, il est aidant que la personne mange au moins un aliment de chacun des groupes alimentaires à chaque repas. De par les recommandations et repères personnalisés fournis par la nutritionniste lors des rencontres, la personne sait quelle quantité de nourriture est à privilégier. Rappelez-vous que vous ne pouvez pas faire les changements alimentaires à sa place. Il est donc essentiel d’éviter de surveiller l’alimentation de la personne vivant un trouble alimentaire ainsi que ses comportements et ses attitudes envers son alimentation, et ce, dans le but de diminuer les tensions, la pression et l’anxiété que pourrait ressentir la personne.


Suite 2 de 3 à lire...
Notez cet article:
1
Fondée en 1994 par Madame Nathalie St-Amour et Monsieur Christian Desjardins, la Clinique St-Amour est un centre spécialisé dans le traitement des troubles de l'alimentation tels que l'anorexie nerveuse, la boulimie, l'hyperphagie boulimique et tous les autres troubles de l'alimentation non spécifiques.  Nous accueillons des personnes provenant de toutes les régions.  Nous offrons des soins spécialisés avec la possibilité de suivre un traitement en thérapie externe ou d'effectuer un séjour de thérapie avec hébergement.

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité dimanche, 19 novembre 2017