Connexion  \/ 


  • SEMAINE DE PREVENTION DES TCA

    Une série de vidéos pour mieux comprendre les troubles alimentaires

  • N'AYEZ PAS PEUR, À LA CLINIQUE ST-AMOUR

    Faire le «premier pas»... c'est un jeu d'enfant !

Twitter icon

Nos Tweets @cliniquestamour

Loading..

Blog - Clinique St-Amour

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

10 conseils destinés aux pères, frères, fils et conjoints : Que pouvez-vous faire à l’heure des repas... (Article 2 de 3)

Posté par le dans LES HOMMES ET LES TROUBLES ALIMENTAIRES
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3925
  • 0 commentaires
  • Notifications
Par Marie-Michelle RoyerM.Sc.
Nutritionniste - Clinique St-Amour


Déjà l’heure des repas? Pas de problème!


10 conseils destinés aux pères, frères, fils et conjoints: Que pouvez-vous faire à l’heure des repas pour aider une personne qui vit un trouble alimentaire ? (SUITE 2 de 3)


famille-tcaQue faire si la personne refuse de manger ou de terminer son assiette ?


Ne forcez en aucun cas la personne à manger; cela pourrait nuire au lien de confiance qui vous unit. Laissez plutôt ce rôle aux intervenants de la Clinique St-Amour. Si la personne ne finit pas son assiette, ne portez pas de commentaires et faites aussi attention à votre langage non verbal. Les commentaires et les signes non verbaux de découragement risquent plutôt que de renforcer son sentiment d’échec. Si vous remarquez que depuis quelques jours, la personne omet de prendre certains groupes alimentaires, plutôt que de lui imposer certaines actions, allez-y plutôt sous la forme de suggestions, en mentionnant par exemple «Que dirais-tu d’accompagner ton poulet avec du riz?», «Que dirais-tu de terminer ton souper avec un yogourt ?». Ainsi, cette façon de procéder permet à la personne de constater que son repas est incomplet, tout en lui démontrant que la décision finale lui revient.

Parlez de sujets agréables et diversifiés

Durant les repas, tentez d’éviter d’aborder les sujets conflictuels ainsi que les sujets touchant la nourriture. Par ailleurs, essayez de ne pas faire de commentaires ou de taquineries concernant le repas des gens autour de la table. Ainsi, parlez de tout et de rien, faites en sorte que l’atmosphère soit agréable et détendue. Ainsi, la personne qui vit un trouble alimentaire pourra porter son attention sur autre chose que sur l’alimentation, ce qui diminuera les pensées envers la nourriture et son anxiété. Si vous vous apercevez que la personne a tendance à se concentrer sur son assiette, n’hésitez pas à aborder un sujet que vous savez qui l’intéresse particulièrement ou de l’intégrer à la conversation et lui demandant, par exemple, son opinion sur le sujet abordé.

Mangez de tout, sans inquiétudes ni culpabilité envers la personne 

Il est important de conserver de bonnes habitudes alimentaires, mais sans exagération. Comme mentionné précédemment, vous ne rendez pas service à la personne si vous changez vos habitudes alimentaires (achats exclusifs d’aliments légers, cacher des aliments plus énergétiques, ne plus manger de la pizza ou de desserts sucrés). Transmettez à la personne une notion de souplesse et non de restriction. Votre exemple en matière d’équilibre alimentaire est essentiel. Il est important de manger une grande variété d’aliments, en incluant à l’occasion des aliments plus énergétiques (crème glacée, chocolat, gâteau, pâtisserie, chips) sans remords, ni commentaires à l’égard de ces aliments.

Distrayez-vous après les repas

Lorsque le repas est terminé, vous pouvez aider la personne à se changer les idées, à se divertir. L’important est d’éviter l’isolement suite aux repas pour ainsi aider la personne à diminuer l’anxiété possiblement vécue lors du repas. Vous pouvez ensemble écouter votre télésérie préférée, écouter de la musique, faire de la lecture, jouer aux cartes, aller marcher dans le quartier pour respirer le grand air, aller au cinéma ou continuer la discussion au salon. De cette façon, les préoccupations, l’angoisse et les peurs seront beaucoup moins présentes.

Suite 3 de 3 à lire...          ou         Retour au début de l'article (1 de 3)
Notez cet article:
1
Fondée en 1994 par Madame Nathalie St-Amour et Monsieur Christian Desjardins, la Clinique St-Amour est un centre spécialisé dans le traitement des troubles de l'alimentation tels que l'anorexie nerveuse, la boulimie, l'hyperphagie boulimique et tous les autres troubles de l'alimentation non spécifiques.  Nous accueillons des personnes provenant de toutes les régions.  Nous offrons des soins spécialisés avec la possibilité de suivre un traitement en thérapie externe ou d'effectuer un séjour de thérapie avec hébergement.

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité jeudi, 21 septembre 2017