Connexion  \/ 


  • SEMAINE DE PREVENTION DES TCA

    Une série de vidéos pour mieux comprendre les troubles alimentaires

  • N'AYEZ PAS PEUR, À LA CLINIQUE ST-AMOUR

    Faire le «premier pas»... c'est un jeu d'enfant !

Twitter icon

Nos Tweets @cliniquestamour

Loading..

Blog - Clinique St-Amour

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

10 conseils destinés aux pères, frères, fils et conjoints : Que pouvez-vous faire à l’heure des repas... (Article 3 de 3)

Posté par le dans LES HOMMES ET LES TROUBLES ALIMENTAIRES
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3021
  • 0 commentaires
  • Notifications
Par Marie-Michelle Royer M.Sc.
Nutritionniste - Clinique St-Amour


Déjà l’heure des repas? Pas de problème!


10 conseils destinés aux pères, frères, fils et conjoints: Que pouvez-vous faire à l’heure des repas pour aider une personne qui vit un trouble alimentaire ? (SUITE 3 de 3)


Aidez la personne à dissocier l’alimentation et les émotions


famille-tcaIl n’y a rien de mal à attribuer une certaine connotation émotionnelle à la nourriture puisqu’elle est quelques fois synonyme de festivité ou de réconfort. Toutefois, cela peut devenir problématique si la quantité de nourriture fluctue suivant les émotions de la personne qui vit un trouble alimentaire. Plus une personne a des restrictions et/ou des rages alimentaires et s’en remet à des croyances alimentaires, plus elle perd le contact avec ses signaux physiologiques de faim et de satiété. Elle finit par ne plus pouvoir interpréter ce qu’elle ressent réellement. La faim est confondue avec toute autre sensation ou émotion. Ainsi, il est important d’éviter de récompenser ou de punir la personne à l’aide de la nourriture. Cela ne ferait qu’amplifier la signification émotive associée à la nourriture. Il est important de garder en tête que les émotions ont besoin d’être exprimées, mais pas à l’aide de la nourriture. 

Démontrez votre disponibilité lors des moments plus difficiles

Si le repas semble très difficile ou se transforme en compulsion alimentaire, n’hésitez pas à solliciter les échanges et la communication, même si vous pouvez quelques fois vous sentir maladroit face à cela. Voici des exemples de phrases que vous pouvez utiliser dans ces situations :

«Comment te sens-tu en ce moment?»
«Comment s’est déroulée ta journée?»
«Je suis présent pour toi si tu as besoin de me parler.»
«Est-ce que tu aimerais que l’on fasse quelque chose ensemble?»

Cette façon de faire lors des repas est aidante, car vous considérez les émotions et non uniquement les comportements alimentaires. Cela permet également de démontrer à la personne votre disponibilité pour elle, votre présence et surtout votre soutien. 

Soyez patients, car il n’est pas évident de faire des changements alimentaires. 

Donnez le temps nécessaire à la personne face à la mise en application des changements et des défis alimentaires. Garder en tête que la guérison ne peut être spontanée. 

En procurant un bon exemple à la personne qui vit un trouble alimentaire, vous pouvez grandement l’aider :

- Prenez 3 repas par jour ainsi que quelques collations au besoin; 

- Inclure à votre alimentation une belle variété d’aliments;

- Il serait souhaitable d’éviter de catégoriser les aliments comme étant « bons » ou « mauvais » pour la santé. Afin de promouvoir auprès de la personne une notion de souplesse et d’équilibre face à l’alimentation, il est préférable de faire place à tous les aliments, certains sur une base quotidienne et d’autres de façon plus occasionnelle, tout en gardant en tête que tous les aliments ont leur place dans le cadre d’une alimentation saine et diversifiée;

- S’assoir pour manger et prenez le temps de manger : prenez le temps de bien respirer, souriez et faites en sorte que les repas soient pour vous un moment de détente.

En conclusion.

N’oubliez pas qu’en tant que père, frère, fils ou conjoint, vous jouez un rôle très important lors des repas auprès de la personne qui vit un trouble alimentaire. Alors, restez à l’écoute de la personne qui vous est si chère! Et gardez espoir qu’avec du temps et de la pratique, elle pourra s’alimenter plus naturellement et normalement.

Retour au début de l'article (1 de 3)

Notez cet article:
1
Fondée en 1994 par Madame Nathalie St-Amour et Monsieur Christian Desjardins, la Clinique St-Amour est un centre spécialisé dans le traitement des troubles de l'alimentation tels que l'anorexie nerveuse, la boulimie, l'hyperphagie boulimique et tous les autres troubles de l'alimentation non spécifiques.  Nous accueillons des personnes provenant de toutes les régions.  Nous offrons des soins spécialisés avec la possibilité de suivre un traitement en thérapie externe ou d'effectuer un séjour de thérapie avec hébergement.

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité vendredi, 17 novembre 2017