Connexion  \/ 


  • SEMAINE DE PREVENTION DES TCA

    Une série de vidéos pour mieux comprendre les troubles alimentaires

  • N'AYEZ PAS PEUR, À LA CLINIQUE ST-AMOUR

    Faire le «premier pas»... c'est un jeu d'enfant !

Twitter icon

Nos Tweets @cliniquestamour

Loading..

Blog - Clinique St-Amour

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Le jour où j'ai réellement accepté mon problème... par Myriam

Posté par le dans MESSAGES D'ESPOIR: Semaine des TCA 2014
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3909
  • 0 commentaires
  • Notifications

banc-anorexie-boulimieLongtemps, j'ai voulu m'en sortir seule, mais après avoir lu plein de livres qui m'aidait que durant peu de temps, après avoir fait les mêmes erreurs et toujours en arrivant à me sentir mal, honteuse et surtout dans le secret, j'ai compris qu'il me faudrait de l'aide professionnelle pour m'en sortir, mais surtout que j'avais besoin qu'on m'aide.

 Déjà jeune adolescente j'ai fait des régimes et des jeûnes draconiens qui on grandement contribué à une prise de poids, mais pourtant ce que je recherchais c'était la minceur, mais je ne pensais pas à ma santé, non ça m'était égale, l'important c'était ce que les autres pensaient de moi.  Je recherchais l'approbation des autres par-dessus tout au détriment de moi-même.

Quelques mois avant ma première visite à la clinique, j'ai perdu beaucoup de poids et j'avais restreint beaucoup mon alimentation en prenant bien soin de tout calculer et surtout de toujours avoir faim et d'être toujours fatigué... j'étais en train de m'oublier sans le savoir et peu de temps après tout à basculer, tout ce dont j'avais privé mon corps, mon corps me l'a demandé et demandé sans cesse jusqu'à ce que je lui donne, il n'en pouvait plus que je le prive comme ça et c'est l'inverse qui est arrivé, la compulsion. Je suis devenue si honteuse, je voulais que personne ne le sache... «Oh mon Dieu, je me disais moi la petite fille parfaite, sage comme une image, malade et en plus la boulimie qu'elle honte j'arrivais même pas à prononcer ces mots!? Elle mange en cachette et elle se fait vomir, si on savait ça on ne m'aimerait plus! » Ces pensées très fausses ont été les responsables de ce trouble alimentaire durant longtemps... 

Aujourd'hui, je me dis la boulimie ou la grippe l'important c'est que je me soigne et que je prenne les moyens pour moi, pour guérir et être heureuse car je m'aime et je mérites le bonheur. Les gens qui m'aiment vraiment ne me jugent pas ou s'ils le font c'est qu'ils ont peur, car ils ne connaissent pas cette maladie, alors que la grippe s'est connu , mais celle qui me jugeait le plus c'était moi-même!

Après plusieurs rencontres et beaucoup de travail sur moi-même, mon amour propre, mon respect via le respect des autres et mon estime personnelle, j'ai aujourd'hui compris que les gens qui nous aiment vraiment nous prennent comme nous sommes avec nos forces et nos faiblesses, tout simplement. 

Le jour où j'ai réellement accepté mon problème et que j'ai arrêté d'avoir si honte, j'ai pu enfin m'attaquer à comprendre pourquoi j'avais ce problème. En fait, au début, je croyais qu'on était pris avec ce trouble toute la vie, c'est ce qu'une enseignante à moi m'avait dit, mais à la clinique St-Amour je me souviendrais toujours quand on m'a dit «Si tu veux t'en sortir, tout peut se faire rapidement, mais il faut que tu y croies et que tous tes comportements et tes pensées soit dans ce sens.»

Là, j'ai arrêté de me mentir, le trouble alimentaire était mon refuge, j'étais parfaite aux yeux de tous, car je faisais toujours semblant d'aller bien, d'être contente même quand c'était faux, je n'exprimais pas mes émotions, ni mon stress ou ce que je vivais, je ne parlais pas de mon désaccord par rapport à une situation, je ne parlais pas de mes attentes et je me pliais aux attentes de tous et quand j'étais trop pleine de tout ce stress pour essayer, je dis bien essayer de gérer tout ça, je restreignais ou je comptais ou je compulsais, mais le mal-être restait là et plus souvent qu'autrement ça empirait sans compter les effets néfastes que ça l'avait sur mon estime. 

Aujourd'hui, j'ai appris à déranger, je veux dire par là que parfois être soi-même c'est dérangé l'autre sans le vouloir, mais il y aura toujours des gens à qui je vais plaire et d'autres à qui je ne plairais pas et alors c'est tout. C'est plutôt utopique de croire que toute la terre entière devrait m'aimer. Mais je sais qu'il y aura toujours des gens qui m'aimeront ainsi avec mes forces et faiblesses et plus je m'accepte dans ce que je suis plus les autres ont de la facilité à m'accepter. 

Je crois que le trouble alimentaire est une panoplie de fausses croyances qu'on s'oblige à croire pour essayer de se sentir mieux, mais est-ce que je dirais à ma meilleure amie de compter toutes ses calories de la journée pour être sûr qu'elle a pas trop mangé ou de se faire vomir pour ne pas engraisser? Non , je lui dirais plutôt, que des fois on mange un peu plus  et c'est pas grave c'était juste un repas, je lui dirais viens on va aller prendre une marche, on va  aller au cinéma, bref je lui changerais les idées. 

Je crois qu'un beau cadeau que je me suis offert dans la vie c'est d'aller à la clinique St-Amour, j'ai compris l'importance et le bonheur de prendre soin de soi, de se dorloter, de s'aimer , d'être sa meilleure amie, de s'écouter, de s'affirmer, de demander, de prendre ma place, d'exister et de déranger, j'avais si peur de déranger. Mais, maintenant je suis moi tout simplement et l'important plus que tout c'est que je sois en accord avec ce que je fais et que ce que je pense de moi soit positif. Car plus je suis positive, plus je m'amènerais du positif dans ma vie, c'est en usant de cette attitude qu'aujourd'hui, je peux dire avec fierté et bonheur que le trouble alimentaire fait partie de mon passé et j'en remercie tous les intervenants de la clinique st amour à m'avoir guider à me mettre au premier plan dans ma vie!

Bonheur à tous

Myriam

 

Notez cet article:
3
Fondée en 1994 par Madame Nathalie St-Amour et Monsieur Christian Desjardins, la Clinique St-Amour est un centre spécialisé dans le traitement des troubles de l'alimentation tels que l'anorexie nerveuse, la boulimie, l'hyperphagie boulimique et tous les autres troubles de l'alimentation non spécifiques.  Nous accueillons des personnes provenant de toutes les régions.  Nous offrons des soins spécialisés avec la possibilité de suivre un traitement en thérapie externe ou d'effectuer un séjour de thérapie avec hébergement.

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité jeudi, 21 septembre 2017