Connexion  \/ 


  • SEMAINE DE PREVENTION DES TCA

    Une série de vidéos pour mieux comprendre les troubles alimentaires

  • N'AYEZ PAS PEUR, À LA CLINIQUE ST-AMOUR

    Faire le «premier pas»... c'est un jeu d'enfant !

Twitter icon

Nos Tweets @cliniquestamour

Loading..

Blog - Clinique St-Amour

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Qu’est-ce qui approche le plus la perfection que d’écrire avec son cœur… par Stéphanie

Posté par le dans MESSAGES D'ESPOIR: Semaine des TCA 2014
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 5414
  • 0 commentaires
  • Notifications

marguerite-anorexie-boulimieÉcrire un témoignage fut un exercice très difficile… je voulais atteindre encore une fois la perfection… mais qu’est-ce qui approche le plus la perfection que d’écrire avec son cœur ?

Le trouble alimentaire apparaît rapidement dans ma vie. Dès le plus jeune âge, j’étais la petite Stéphanie. Alors il ne faut pas que je grossisse si je veux que les gens me reconnaissent encore comme la petite Stéphanie. À neuf ans, un accident de vélo a fait en sorte que je me suis cassée deux dents, alors manger du mou peu calorique fut grandement aidant pour moi qui était fière de perdre du poids et d’avoir toujours ce sentiment de satiété. 

Au secondaire, je me suis isolée : peu d’amis… je me sentais seule et n’ayant personne à qui parler de ce que je vivais, je gardais tout pour moi et je ne voulais pas manger seule... alors je ne mangeais pas! Quelle solution facile. En secondaire 2, je me suis impliquée dans toutes les activités parascolaires (conseil étudiant, journal étudiant…) bref, cela occupait toute l’heure du dîner. Par la suite, le travail commence… école et travail à temps plein en plus des activités parascolaires…. Je coupe sur l’essentiel (manger). C’est facile, toujours des défaites … pour ne pas manger. 

Il est difficile pour moi de mettre des mots sur mon… court… passage à la Clinique St-Amour. Le trouble alimentaire… un diagnostic lourd à porter, d’autant plus que je me sens encore imposteur malgré ma relation trouble avec la nourriture depuis si longtemps. Il y a 10 ans, ma cousine est hospitalisée pour anorexie, voilà que je me dis que je peux mettre des «mots» sur les maux que je vis. Voilà qu’on me dit qu’on peut m’amener à l’hôpital…. NON !!!!!!! je ne veux pas, car enfin je peux mettre un mot sur ce que je vis, mais je ne suis pas prête à y faire face…. Alors voilà qu’on me dit que je m’invente une maladie, que je mange bien…. Je veux juste attirer l’attention.

Je me suis «tue» à petit feu… pour éviter d’attirer l’attention. Je mangeais en présence des autres, mais avec toutes mes occupations voilà que les occasions se faisaient rares.

Je me suis sentie tellement perdue…. Tant dans mes pantalons, dans ma vie, dans mon travail… je me suis toujours sentie si petite à l’intérieure … prise dans une immense tempête dans ma tête… rien n’allait. Un déménagement dans une autre ville ne change rien… je me sens toujours autant prise dans un étau. Que peu importe ce que je vais dire… rien n’a d’importante, je ne vaux rien. 

Après plus de dix ans, un arrêt de travail qui m’oblige à me centrée sur moi…. NON je suis laide… je ne veux rien savoir de moi…. Je dois travailler seule, car il y a trois ans d’attente à l’hôpital pour la clinique externe. Après plusieurs recherches, au mois d’août 2013, je découvre la Clinique St-Amour. Je suis sans espoir… voyons voir que des gens vont enfin croire en moi… vont m’écouter et me considérer comme une vraie personne. Et oui, de la personne à la réception jusqu’à chacune des intervenantes que l’on croise, on se sent quelqu’un. Il est évident que je répétais mon histoire… mais pour une bonne raison, car voilà qu’enfin dans ma vie on m’apportait des outils concrets, de l’aide et une écoute. Si cela ne m’avait pas aidé, si je ne m’étais pas sentie en confiance je n’aurais jamais fait la route Sherbrooke/Québec seule… moi qui avais si peur de conduire dans la grande ville. Tout l’été je disais que mon but dans ma vie était d’avoir des enfants. Pas d’ovulation, je suis trop petite… faut que je mange. Manger quand je ne suis pas certaine d’être fertile !?! N’importe quoi… je ne me sentais pas prête. À la Clinique St-Amour, on y va à notre rythme… on travaille autre chose… Malgré la distance entre mes rencontres, je sens que j’ai toujours un soutien.

Voilà qu’en décembre 2013, j’apprends que je suis enceinte, un immense bonheur, moi qui n’y croyais plus, mais le trouble alimentaire, toujours présent… c’est difficile. Je sais que les intervenantes de la Clinique St-Amour sont encore et toujours présentes selon mon besoin. Merci aux intervenantes qui ont su me soutenir, malgré mon entêtement…

À 25 ans, je suis bien, car j’accepte enfin qui je suis, telle que je suis avec mes faiblesses, mais surtout avec mes forces !

Stéphanie

Notez cet article:
2
Fondée en 1994 par Madame Nathalie St-Amour et Monsieur Christian Desjardins, la Clinique St-Amour est un centre spécialisé dans le traitement des troubles de l'alimentation tels que l'anorexie nerveuse, la boulimie, l'hyperphagie boulimique et tous les autres troubles de l'alimentation non spécifiques.  Nous accueillons des personnes provenant de toutes les régions.  Nous offrons des soins spécialisés avec la possibilité de suivre un traitement en thérapie externe ou d'effectuer un séjour de thérapie avec hébergement.

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité mercredi, 22 novembre 2017