Connexion  \/ 


Twitter icon

Nos Tweets @cliniquestamour

Loading..
cadran-anorexie

Par Marie-Michelle Royer M.Sc.
Nutritionniste

marie-michelle-clinique-stamourSouhaitez-vous manger différemment en 2013? À l’aube de la nouvelle année, peut-être avez-vous songé aux résolutions que vous souhaitez prendre pour la prochaine année? Voici 10 résolutions qui vous permettront cette année des résultats différents, par le plaisir de bien s’alimenter chaque jour, sans privations ni pensées constamment dirigées vers la nourriture.  

1. Équilibré, je mangerai

Le début de cette nouvelle année est le moment indiqué pour miser sur de bonnes habitudes alimentaires. Pour parvenir à manger de façon équilibrée, il est important de manger une grande variété d’aliments de chacun des groupes d’aliments du Guide alimentaire canadien, en évitant d’éliminer certaines classes d’aliments de votre alimentation. Par ailleurs, afin de vous aider à manger davantage équilibré, n’attendez pas d’avoir trop faim avant de manger entre les repas. En effet, prendre des collations de manière préventive entre les repas est aidant à ce que les repas se déroulent adéquatement.

2. À l’importance de chaque groupe alimentaire, je me sensibiliserai


Consommer des repas équilibrés signifie de s’assurer d’avoir des aliments de chaque groupe ainsi qu’un apport énergétique suffisant. Comprendre que chacun des groupes alimentaires apporte des nutriments importants est essentiel. Par rapport au choix des aliments, il est grandement aidant d’éviter de porter attention aux étiquettes nutritionnelles et au nombre de calories; essayez le plus possible de choisir vos aliments spontanément, par goût et par préférence, plutôt qu’en fonction d’un chiffre sur une étiquette.

3. Les restrictions alimentaires, je cesserai


Pour un mieux-être autant physique que psychologique, il est essentiel de cesser les restrictions alimentaires. Soyez capable de dire non aux régimes. Pour ce, il est nécessaire de garder en tête l’importance de ne bannir aucun aliment - la restriction risque d’engendrer des excès alimentaires ou de la compulsion. Il est nécessaire de réapprendre à faire confiance au signal de la faim et comprendre qu’il est sain d’y répondre. Autrement dit, la faim et la satiété sont les meilleurs alliés du poids santé, lorsque ceux-ci sont réguliers et stables par de la consommation de quantités correspondant à nos besoins individuels.

4. De tout, je mangerai


Il est important de varier les aliments que l’on consomme et ce, en découvrant régulièrement de nouveaux aliments. Essayer de nouveaux aliments permet de faire davantage preuve de souplesse dans votre alimentation et permet de développer davantage de spontanéité dans les choix alimentaires. Essayez de commencer à réaliser qu’il n’y a pas de « bons » et de « mauvais » aliments. Tous les aliments ont leur place dans le cadre d’une alimentation saine et diversifiée. 

5. De la culpabilité, je me passerai


Au fil des années, depuis la naissance, nous développons une dimension affective liée à la nourriture. Il n’y a rien de mal à attribuer une certaine connotation émotionnelle à la nourriture puisqu’elle peut parfois être synonyme de festivités et de réconfort. Toutefois, cela peut devenir problématique si vos prises alimentaires fluctuent suivant vos émotions. La faim peut quelques fois être confondue avec toute autre sensation. Dans les moments difficiles, la colère, la peine, la fatigue, le manque de sommeil peuvent être interprétés comme de la faim. Il est donc important de pouvoir dissocier l’action de s’alimenter ainsi que les émotions vécues.

6. Les règles alimentaires, je briserai


Les règles alimentaires sont des énoncés qui dictent quand, où, quoi, pourquoi et comment vous mangerez. Elles dictent votre relation avec la nourriture, encouragent l’apparition de comportements alimentaires restrictifs et risquent d’augmenter les obsessions envers la nourriture. Par ailleurs, plus une personne a des restrictions alimentaires et/ou des compulsions alimentaires et s’en remet à ses croyances aliments autorisés/aliments interdits, plus elle perd le contact avec ses sensations alimentaires. En ce sens, essayez d’éviter d’utiliser des termes impératifs comme « je dois manger cet aliment» ou « il faut que je mange cet aliment ». Vous pouvez utiliser des termes plus positifs comme « j’aimerais » ou « je vais essayer de ».

fruits-anorexie-boulimie7. Pour le plaisir, je bougerai


Même si cela peut vous semblez plus difficile à certains moments, il est important d’apprendre à s’apprécier et à se faire confiance autrement que par le poids et l’apparence physique. Apprenez à reconnaître vos forces, vos qualités, vos capacités, vos talents, vos réussites et à les utiliser pour renforcer l’opinion positive que vous avez de vous-même. Par le fait même, apprenez à ne plus vous peser; ce sera beaucoup plus aidant au quotidien. Un simple chiffre sur la balance ne devrait pas déterminer votre humeur et vos choix alimentaires pour la journée. Bref, commencez dès maintenant à faire du sport pour le plaisir et le bien-être apportés, non pas pour perdre du poids ou pour brûler des calories.

8. Des fiertés alimentaires, je trouverai


Chaque jour, inscrivez dans un petit journal personnel, votre fierté alimentaire de la journée. Peu importe en quoi elle consiste, il est important que vous puissiez en trouver une. Cette façon de faire vous aidera à nuancer vos pensées envers la nourriture, et ainsi vous aider à éviter le découragement des journées plus difficiles.

9. Les fausses croyances, je me débarrasserai


L’information en nutrition ne manque pas. Dans les dernières années, l’information disponible en nutrition a littéralement explosé et les sources se sont beaucoup multipliées. En effet, avec l’abondance d’information, il peut être difficile d’évaluer la pertinence puisque toutes les sources ne sont pas de la même qualité. Chacun de nous vit avec une multitude de croyances liées à l’alimentation, accumulées petit à petit depuis l’enfance. Certaines sont fondées, d’autres ne le sont pas. Démystifier les fausses croyances est essentiel afin de développer une bonne relation avec la nourriture et ainsi éviter la culpabilité suite à la consommation de certains aliments. 

10. Les rechutes alimentaires, je préviendrai


Bien s’alimenter est un besoin fondamental pour un bien-être physique et émotionnel. Il est important d’entreprendre chaque journée une à la fois et chaque repas un à la fois, en apprenant à manger sans crainte des aliments que l'on aime réellement, plutôt que de constamment choisir des aliments parce qu'ils sont «bons pour vous». Faire de petits défis alimentaires régulièrement en intégrant des aliments auparavant interdits est aidant pour briser de fausses croyances ainsi que certaines règles alimentaires. 

Bref, il est primordial de se souvenir que le corps et l’esprit détestent les régimes et les restrictions alimentaires. Physiquement et psychologiquement, les comportements alimentaires restrictifs risquent de mener directement aux excès alimentaires. 

Nous vous souhaitons une belle année 2013! N’oubliez pas que nous sommes là afin de vous appuyez dans vos objectifs,  partager avec vous vos inquiétudes, vos moments plus difficiles auxquels vous faites face, tout comme vos réussites, vos progrès et tous vos accomplissements au niveau nutritionnel.