Connexion  \/ 


  • Nathalie St-Amour et son équipe

    Traitent les troubles alimentaires depuis plus de 20 ans.

  • Hyperphagie boulimique

    Trouver des solutions aux épisodes de compulsions alimentaires

  • Voir les articles en vedette du blog
    1

    À LIRE

    NOUVEL ARTICLE SUR NOTRE BLOGUE

  • RÉSERVEZ MAINTENANT

    Votre première rencontre : par Téléphone - par Skype - en Personne

  • Vous n'êtes pas seule...

    Nous pouvons vous aider.

Infolettre - Abonnement
captcha 

Blog - Clinique St-Amour

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

L'hyperphagie boulimique et l'obésité, deux cousines souvent confondues, mais très différentes.

Posté par le dans Medias - Informations
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 10239
  • 0 commentaires
  • Notifications


En avril 2014, j'ai collaboré avec grand plaisir à l'émission «une pilule, une petite granule» portant sur l'hyperphagie boulimique. Bien que je côtoie cette clientèle depuis 20 ans, l'hyperphagie boulimique demeure une grande méconnue du public en général, des professionnels de la santé et surtout des gens qui en souffrent. On associe malheureusement encore à tort cette problématique à un manque de volonté et trop souvent à l'obésité.

hyperphagie-boulimique-clinique-st-amourPourquoi? Principalement parce qu'on a trop longtemps confondu cette problématique de santé mentale à une mauvaise gestion de l'alimentation et des signaux de faim et de satiété. L'hyperphagie boulimique est beaucoup plus complexe que l'on peut l'imaginer à première vue et les enjeux dépassent largement l'aspect nutritionnel ou d'une saine pratique de l'activité physique. L'hyperphagie boulimique est une problématique de santé mentale majeure et très complexe. Elle implique une combinaison de connaissances de la physiopathologie, de la nutrition, de la kinésiologie et de la psychopathologie. Le tout doit s'articuler avec des mots que les gens qui en souffrent vont saisir.

Un défi me direz-vous? Oui, car le travail thérapeutique portant sur la relation avec la nourriture doit être spécifique à cette clientèle et non général à la population qui souffre d'obésité ou d'un surpoids. Ce n'est pas la même problématique alors cela va de soi que les interventions doivent être spécifiques et différentes.

Pour la majorité des gens qui souffrent d'hyperphagie boulimique, leurs difficultés résident dans la surévaluation qu'ils accordent au quotidien à leur poids, leur apparence physique et l'alimentation. Ces aspects deviennent obsessionnels. La nourriture, le poids et l'insatisfaction de leur apparence physique occupent la totalité des pensées et deviennent une vraie obsession. La détresse ici ne réside pas uniquement dans la difficulté à gérer le poids, mais bien dans leur trouble alimentaire qui s'accompagne d'une réelle souffrance psychologique incluant des symptômes dépressifs, de la honte et du dégoût de soi.

reportage-hyperphagie-boulimique-clinique-stamour.jpgL'impact de tout cela? Des répercussions majeures qui apporteront des changements biologiques, physiologiques, métaboliques, mais également psychologiques, interpersonnels et sur la gestion de tout le quotidien. Tous ces changements vont s'autoperpétuer dans une boucle sans fin.

En tout début de traitement, essayer d'éduquer ou de reconnaitre ses signaux de faim et de satiété ne sera pas réaliste ni adéquat pour une problématique si complexe. Des enjeux au niveau psychologique, interpersonnel et de la gestion du quotidien doivent s'harmoniser aux recommandations nutritionnelles selon les étapes de la maladie afin de favoriser au mieux une adhérence et une efficacité thérapeutique optimales. Joëlle, Manon, Mindy, Suzanne et Johanie ont généreusement accepté de partager leur vécu afin d'aider à démystifier cette problématique complexe et surtout encourager les personnes qui en souffrent à briser l'isolement afin d'aller chercher l'aide spécialisée requise.

Merci à Caroline et aux membres de l'équipe de l'émission «une pilule, une petite granule» à Télé-Québec d'avoir si bien cerné cette problématique de santé mentale complexe. Je vous invite à visionner et partager cette vidéo. Ensemble, nous pouvons briser la stigmatisation entourant la santé mentale et face aux gens qui en souffrent.

Notez cet article:
4

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité
Invité samedi, 21 octobre 2017