Connexion  \/ 


  • SEMAINE DE PREVENTION DES TCA

    Une série de vidéos pour mieux comprendre les troubles alimentaires

  • N'AYEZ PAS PEUR, À LA CLINIQUE ST-AMOUR

    Faire le «premier pas»... c'est un jeu d'enfant !

Twitter icon

Nos Tweets @cliniquestamour

Loading..

femme-boulimie-symptomes
La boulimie ressemble en certains points à l'anorexie.  Ces deux troubles alimentaires sont en lien avec des préoccupations envers le poids et l'alimentation.  Ces deux maladies affectent la vie, ainsi que la santé physique et psychologique des personnes qui en sont atteintes. Mais, alors que les personnes souffrant d'anorexie se privent de nourriture d'une manière intentionnelle et dangereuse, provoquant une perte de poids extrême, les personnes boulimiques, elles, ont des épisodes incontrôlés de compulsion alimentaire (hyperphagie), suivi de comportements de purge tels que des vomissements provoqués, de l'exercice excessif, le jeûne, des laxatifs, et toutes sortes d'autres méthodes, toujours dans le même but: «éliminer les calories absorbées lors des pertes de contrôle alimentaires».

Les femmes, mais aussi de nombreux hommes peuvent développer un problème de boulimie.  Une étude récente à démontrer que le nombre de garçons et d'hommes se rapproche du tiers de la clientèle affectée par la boulimie.  C'est donc presque une (1) personne sur trois (3) qui serait un homme dans la population souffrant de ce trouble alimentaire.  Les hommes recherchant une certaine apparence physique, provenant des milieux sportifs ou cherchant à contrôler leur poids de façon excessive seraient plus à risque.

Un peu comme une forme de «dépendance», la boulimie peut influencer et façonner votre façon de vivre, et ainsi compromettre votre santé, votre humeur et toutes les relations avec votre famille et vos amis.

homme-boulimieOn ne peut pas toujours facilement détecter qu'une personne souffre de boulimie.  La perte de poids n'est pas extrême, bien que parfois le poids fluctue à la hausse et à la baisse.  On peut toutefois remarquer certains changements dans l'apparence physique, comme les glandes parotides (glandes salivaires sous les joues) qui deviennent enflées ou oedématiées en raison des nombreux vomissements et de l'acidité dans la bouche.  Le gonflement de ses glandes en raison de la sécrétion de salive qui cherche à diminuer le pH de la bouche serait présent chez 25% des personnes qui se font vomir régulièrement.  Cela donne une similitude à l'apparence qu'un écureuil qui mettrait deux noix de chaque coté de sa bouche.  Certaines éraflures sur le dos d'une main peuvent aussi révéler la présence de vomissements provoqués.  La personne utilise alors sa main et ses doigts pour se faire vomir en stimulant un réflexe pharyngé (réflexe nauséeux) et ses dents supérieures laissent une marque appelée le «signe de Russell» sur le dos de la main, un peu comme des égratignures.  Parfois, ce sera un dentiste qui remarquera les signes de vomissements en constatant des dommages et de l'érosion au niveau de l'émail des dents, en raison de l'exposition répétée de la bouche à l'acidité gastrique.

Dù à ses difficultés à contrôler ses rages alimentaires et ses méthodes de purges, une personne qui souffre de boulimie ressent beaucoup de honte et de culpabilité.  Même si elle souhaite changer et reprendre le contrôle, son premier réflexe sera souvent de se restreindre afin de compenser les épisodes boulimiques.  Malheureusement, cela aura la plupart du temps comme effet de provoquer d'autres crises de boulimie en raison des effets des privations sur le plan physique et sur le plan émotionnel.  Ce cycle de privation/rages s'autoperpétuera souvent jusqu'à ce que la personne accepte d'obtenir de l'aide.

femme-boulimie-cliniqueLorsque le problème de boulimie est intense et prolongé, les conséquences médicales pourront être extrêmement graves.  Les vomissements et l'utilisation abusive de laxatifs peuvent notamment provoquer des blessures à l'estomac, aux intestins et à l'oesophage.  La perte de liquide entrainée par les méthodes de purge peut produire des malfonctionnements du coeur et des reins.  En obtenant une aide adéquate, ces complications médicales peuvent toutefois s'améliorer et se résorber une fois que la personne sera en processus de guérison.

Critères: 

  • Épisodes d'hyperphagie (compulsion alimentaire) : manger une grande quantité d'aliments en un court laps de temps, en ayant l'impression de perdre le contrôle face à sa consommation de nourriture.  Ces crises se produisent sur une base régulière.
  • Purge : tenter de façon régulière d'éviter un gain de poids par des moyens inappropriés : exercices physiques excessifs, vomissements provoqués, abus de laxatifs, de diurétiques, lavements, jeûne, utilisation de médicaments ou produits naturels pour perdre du poids.
  • La fréquence: les épisodes de crises de boulimie et de purge doivent en moyenne se produire au moins deux fois par semaine pendant une période de trois mois.  Cela n'empêche toutefois pas la nécessité d'obtenir de l'aide si la fréquence est moindre.
  • Problèmes d'image corporelle: le poids et l'apparence physique deviennent des obsessions, les uniques critères de référence pour l'estime personnelle et l'opinion que la personne se fait d'elle-même.

Signes avant-coureurs:

  • Le poids et l'apparence physique sont devenus avec le temps les principaux sujets de discussion et de préoccupation;
  • La personne suit une diète alimentaire stricte et rigide, suivie par des périodes de crises alimentaires (boulimie)
  • Suralimentation très fréquente, surtout en cas de période de détresse ou lorsqu'elle vit des émotions
  • Attirance marquée vers des aliments «sucrés», «salés», ou vers des aliments que la personne s'interdit habituellement
  • Utilise des laxatifs, des diurétiques, des exercices physiques intenses, jeûne, saute des repas et/ou se fait vomir pour contrôler son poids
  • La personne se retrouve fréquemment à la salle de bain après les repas (vomissements)
  • Sentiment de perte de contrôle
  • Humeur dépressive
  • Gonflement inhabituel près de la mâchoire
  • Un retrait ou un isolement des activités normales
  • pommes-anorexie-boulimie

    Entreprendre le chemin de la guérison

    Depuis plus de 18 ans, nous traitons des personnes souffrant de boulimie. Tous les jours des personnes souffrant de troubles alimentaires nous font confiance. Nous savons que la guérison est possible. Nous avons reçu d'innombrables témoignages de personnes que nous avons aidées et qui vivent aujourd'hui une vie normale, équilibrée et qui profitent de cette vie.

    Pour plus d'informations sur le traitement des troubles de l'alimentation, ou pour en savoir plus sur notre programme de traitement en séjour intensif avec hébergement, appelez-nous au 1-800-678-9011, ou remplissez le formulaire «Premier pas». Nous serons heureux d'avoir le privilège de vous aider.